Présentation générale de la Chaudronnée

Une soupe populaire

La Chaudronnée de l’Estrie est un organisme sans but lucratif offrant un service de repas aux personnes en situation de pauvreté. Il existe plusieurs types d’organismes d’aide alimentaire, tels les banques alimentaires, les services d’aide à la famille et les soupes populaires.

  • Une banque alimentaire reçoit de la nourriture et la redistribue à d’autres organismes d’aide ou directement à des personnes dans le besoin. La banque alimentaire ne prépare pas de repas.
  • Les services d’aide à la famille offrent des repas, notamment aux familles monoparentales.
  • Enfin, la soupe populaire s’adresse à toute personne vivant une situation de pauvreté. Les soupes populaires, comme la Chaudronnée, préparent des repas et sont des lieux de rencontre.

Ces trois types d’aide sont donc complémentaires et adaptés à des besoins spécifiques.

La Chaudronnée se veut un lieu convivial d’appartenance communautaire, un lieu favorisant l’expression et le développement de la citoyenneté.

La raison d’être

La mission de l’organisme, telle que stipulée dans la charte, est d’opérer un service d’aide alimentaire pour personnes démunies. Plus spécifiquement, la Chaudronnée vise à :

  • prévenir les problèmes de santé reliés à une alimentation insuffisante;
  • briser l’isolement.

Les buts

  • Répondre au besoin essentiel d’une alimentation saine et équilibrée;
  • Favoriser le développement d’habiletés sociales et relationnelles;
  • Favoriser la prise en charge individuelle et collective;
  • Créer un environnement favorable à l’expression d’une identité sociale et à la participation créative des personnes au sein de l’organisme et de la communauté.

L’historique

La Chaudronnée de l’Estrie est née en 1982 de la concertation d’une vingtaine de groupes préoccupés par les problèmes financiers des jeunes de moins de 30 ans considérés aptes au travail. Ces derniers ne recevaient alors que 144 $ par mois d’aide sociale. Le 17 novembre de la même année, les premiers repas étaient servis dans ce nouveau service de dépannage offert deux fois par semaine. Aujourd’hui, le déjeuner et le dîner y sont servis cinq jours par semaine. Aussi, nous ne parlons plus seulement des jeunes, mais plutôt de l’ensemble des personnes appauvries qui ont globalement moins de ressources pour vivre.

Le comité fondateur

  • Des communautés religieuses;
  • Des paroisses;
  • Des sociétés Saint-Vincent de Paul;
  • Le CLSC « SOC »;
  • Le Service budgétaire populaire;
  • Le Regroupement des assistés sociaux de Sherbrooke;
  • Le Mouvement des chômeurs et chômeuses de l’Estrie;
  • Le Service diocésain de pastorale sociale.

Une structure de vie associative

La Chaudronnée de l’Estrie est une corporation sans but lucratif enregistrée depuis mars 1983 au ministère des Institutions financières et Coopératives, sous l’autorité de la troisième partie de la Loi sur les compagnies. L’organisme compte trois catégories de membres :

  • les membres usagers, composés d’usagères et usagers du service;
  • les membres non-usagers, issus de la population en général; et
  • les membres honoraires, nommés par le conseil d’administration pour leur implication dans l’organisme.

Plus de cinquante personnes sont membres de la Chaudronnée.

L’assemblée générale des membres est souveraine et a lieu une fois par année. On y adopte notamment les perspectives d’action pour l’année d’activités en cours. Le conseil d’administration est formé de neuf administratrices et administrateurs, soit cinq membres non-usagers, trois membres usagers, ainsi que la personne responsable de la coordination de l’organisme.

L’équipe de travail est composée de personnel salarié ainsi que d’une équipe oeuvrant dans le cadre de différents programmes. Enfin, des militantes et militants ainsi que des bénévoles participent régulièrement aux activités de l’organisme.

Plus qu’une soupe populaire :
un organisme d’éducation populaire

En plus d’être une soupe populaire et de répondre à un besoin alimentaire essentiel, la Chaudronnée est un lieu d’éducation populaire autonome. Favoriser et soutenir la participation active des usagères et usagers à la vie associative constitue selon nous un moyen privilégié de briser l’isolement, de favoriser l’autonomie et la prise en charge de la personne ainsi que la prise en charge collective du service.

Les usagères et usagers sont informés des différents aspects du fonctionnement d’un organisme sans but lucratif. Ils sont invités à devenir membres et à participer activement à l’assemblée générale annuelle. Cette démarche fournit l’occasion d’assumer une responsabilité face au développement de l’organisme, et ce, de façon démocratique et éclairée. Enfin, la possibilité de faire partie du conseil d’administration ou de comités de travail représente d’autres moyens pour participer concrètement à la vie associative de la Chaudronnée.

CONTEXTE

Une pauvreté grandissante
Un accès difficile au marché du travail

La Chaudronnée déplore les situations de pauvreté auxquelles sont confrontés un nombre grandissant de citoyennes et citoyens. Comme les autres régions du Québec, la région de l’Estrie vit à l’heure des coupures de postes, des restructurations des services gouvernementaux, des fermetures d’industries, de manufactures et de commerces.

Dans ce contexte, la difficulté d’accès au marché du travail n’est pas seulement liée à un manque d’expérience ou de formation, mais aussi au peu d’emplois disponibles. Si l’accès au marché du travail est difficile pour l’ensemble de la population, il l’est davantage pour ceux et celles qui en sont exclus depuis des années et qui peuvent difficilement rencontrer les exigences de productivité du système économique.

Les statistiques sur l’aide sociale ne sauraient à elles seules rendre compte de la situation de la pauvreté. Si l’on tient compte de la population active en chômage, des travailleuses et travailleurs à statut précaire et de ceux rémunérés au salaire minimum, nous constatons qu’un nombre important de citoyennes et citoyens vivent dans la précarité.

L’isolement et la solitude

Les personnes seules forment la majeure partie des usagères et usagers de la Chaudronnée. L’isolement et la solitude rendent encore plus difficile une situation de pauvreté. Un lieu de rencontre et de discussion permet de créer des liens et de briser l’isolement. Développer un sentiment d’appartenance et un réseau social se traduit certainement par un impact favorable sur la qualité de vie et la santé en général.

Les usagères et usagers

La Chaudronnée s’adresse à toute personne ayant de la difficulté à se nourrir, qu’il s’agisse d’une situation temporaire ou persistante. La majorité des usagères et usagers est composée de prestataires de la Sécurité du revenu. D’autres utilisent les services de la Chaudronnée à la suite d’une perte d’emploi, sans même bénéficier de prestations d’assurance-emploi ou de la Sécurité du revenu. Évidemment, les besoins varient selon le contexte propre à chacun, mais il est clair que les personnes desservies ne seraient pas en mesure de consommer trois repas équilibrés par jour, sans utiliser nos services.

Les hommes représentent environ 75 % des bénéficiaires du service des repas. La majorité ont atteint un âge où il est plus difficile de se tailler une place sur le marché du travail.

Enfin, l’alimentation n’est pas le seul problème des personnes en situation de pauvreté. Outre l’isolement et la solitude, certaines personnes vivent d’autres difficultés importantes souvent associées à une situation de pauvreté : problèmes de santé physique ou mentale, exclusion sociale, analphabétisme, alcoolisme, toxicomanie, etc.

Service offerts

Service des repas

La Chaudronnée offre le déjeuner de 8 h 30 à 9 h 30 et le dîner de 11 h 15 à 12 h 45, du lundi au vendredi. Le service de repas n’est pas gratuit à la Chaudronnée. La carte-repas a été instituée en vue de favoriser une prise en charge individuelle par les usagères et usagers du service. La contribution demandée est de 20 $ pour une carte mensuelle, de 10 $ pour une carte valable durant dix jours ou de 2 $ pour une journée.

Statistiques du service des repas
2006-2007
2005-2006
2004-2005
2003-2004
Nombre de repas servis
– durant l’année
– par jour (moyenne)
41 624
169
38 139
153
35526
144
30105
120
Nombre de personnes différentes servies
– hommes
– femmes
– TOTAL
932 (75%)
316 (25%)
1248 (100%)
846 (73%)
310 (27%)
1156 (100%)
841 (76%)
262 (24%)
1103 (100%)
628 (78%)
177 (22%)
805 (100%)

Accueil et information

Des intervenants sont disponibles sur place pour conseiller et orienter les usagères et usagers nécessitant d’autres ressources que la Chaudronnée (santé, hébergement, etc.). Par ailleurs, il arrive que des personnes utilisent notre service après y avoir été dirigées par d’autres ressources, notamment les CLSC et les organismes communautaires.

Cafés-rencontres

Les cafés-rencontres ont pour but de favoriser les discussions et les échanges. Ils sont aussi un lieu d’information sur les différents services et programmes susceptibles de venir en aide aux usagères et usagers. Enfin, les cafés-rencontres permettent de développer des thèmes reliés aux différents aspects de la vie associative et d’aborder des sujets d’intérêt collectif.

Formation

La Chaudronnée offre des ateliers de formation touchant les intérêts des usagères et usagers. Ces ateliers ont pour but de développer l’autonomie dans une perspective d’intégration et de participation sociale.

Autres activités

Comme lieu de rencontre et d’échange, la Chaudronnée organise occasionnellement des activités sociales et offre un réveillon de Noël.

Principales sources de financement

  • Agence de la santé et des services sociaux de l’Estrie;
  • Subventions diverses;
  • Donatrices et donateurs;
  • Activités de financement;
  • Contribution des usagères et des usagers;
  • Centraide Estrie.

Principaux lieux de représentation et de concertation où participe la Chaudronnée

Consulter la liste